top of page
  • Photo du rédacteur Chuck C.

Maîtriser les Vagues de la Tempête Économique : Guide pour faire naviguer votre budget marketing

Dernière mise à jour : 12 déc. 2023

Au sein de notre cercle professionnel et personnel, on constate tous un dilemme existentiel partagé : les ventes et les budgets marketing qui font un plongeon vertigineux, le tout à cause du contexte économique actuel. C'est un peu comme si nos chiffres mettaient les voiles sans nous demander notre avis, et ça, c'est frustrant !


Prenons l'économie canadienne comme exemple concret de la situation évoquée. L'inflation, qui fait sentir son impact de manière tangible sur les ventes dans divers secteurs de détail, y compris les restaurants locaux. Face à cette réalité économique, de nombreuses entreprises au Canada ont pris la décision de réduire leurs investissements en marketing, pensant à tort que c'est la solution la plus simple. Cependant, cette diminution de visibilité publicitaire entraîne naturellement une baisse des ventes, contribuant ainsi à renforcer le cercle vicieux auquel nous faisons face dans ce contexte économique. 


Une économie forte, en croissance et résiliente - Ministère des Finances du Gouvernement du canada

Alors, amis, clients et partenaires, je vous lance un conseil de compétition dans ces temps troubles : au lieu de faire le grand saut dans la réduction des dépenses marketing, pourquoi ne pas envisager un saut de foi vers des investissements plus audacieux ? Rappelez-vous, 100% de nos ventes dépendent du marketing, que ce soit le bouche-à-oreille, les promos, les réseaux sociaux, et même ces vieux médias traditionnels. 


Un consommateur actif est déjà sur le point d'embraser son achat, connaissant précisément ses besoins. Assurez-vous donc qu'il découvre votre produit. À l'inverse, un consommateur passif se trouve plus en amont dans l'entonnoir de conversion (TOFU - MOFU - BOFU) et navigue dans des eaux plus calmes où ses intentions d'achat sont moins définies, et le moment propice à l'action reste incertain. C'est un peu comme si vous étiez en mer calme, où la prise de décision prend davantage de temps. En tant que professionnel du marketing, votre mission consiste à fournir des informations pertinentes, à cultiver l'intérêt et à guider ce consommateur vers la bonne direction (la conversion), tout en évitant les sirènes de la concurrence.


Repenser le marketing en temps de crise, c'est un peu comme apprendre à danser le tango avec un pingouin : ça peut sembler bizarre, mais avec la bonne stratégie, ça peut devenir une danse pleine de style.


Pendant une récession, le marketing prend des coups comme un smartphone qui plonge dans les toilettes. Les ventes ralentissent, la loyauté des clients disparaît plus vite qu'une glace en plein soleil, et les budgets marketing sont compressés plus fort que les jeans qu'on essaye d'enffiler après les fêtes.


Chaque entreprise est unique et il n'y a pas de solution universelle pour la croissance. Il est important de comprendre votre marché et votre entreprise pour déterminer les meilleures stratégies touchant le développement, l’expansion, les acquisitions, les partenariats, les types investissements et le déploiement par le biais du marketing.


En période de récession, il est crucial pour le succès de toute organisation de faire preuve d’agilité dans la capacité à transférer les ressources là où elles sont nécessaires

Mais bon, une crise économique, c'est aussi l'occasion de se faire voir comme une licorne dans un monde de poneys ternes. Comment ? Imaginez-vous en plein ralentissement économique, votre marketing a l'air plus perdu qu'une chaussette dans la machine à laver. Mais tenez bon, car même dans les turbulences du lavage, il y a des opportunités.


Si vous continuez à faire du marketing même pendant la crise, votre marque pourrait briller comme une étoile dans la nuit. Regardez la multinationale Reckitt Benckiser - ils ont boosté leurs dépenses publicitaires pendant la crise de 2008 et ont fait des bénéfices que même Crésus aurait enviés.


Et parlons de profiter de la baisse des coûts publicitaires. C'est comme acheter des chocolats après la Saint-Valentin, vous obtenez la même chose pour moins cher. Moins de concurrence pour les espaces publicitaires signifie des médias moins chers. Alors, pourquoi ne pas faire une pause dans vos spots publicitaires de 30 secondes et passer aux spots de 15 secondes ? C'est comme le fast-food du marketing - rapide, efficace, et moins cher.


Développer des relations avec les clients pendant une crise, c'est comme offrir un parapluie lors d'une averse. Les clients apprécient la chaleur humaine, même s'ils sont trempés jusqu'aux os. C'est le moment idéal pour montrer que vous êtes plus qu'une simple entreprise, vous êtes un ami qui se soucie, prêt à offrir des solutions concrètes à la crise.


Et n'oublions pas la reprise économique. Elle arrivera, tôt ou tard, comme le printemps après un long hiver. En investissant en marketing pendant la crise, vous préparez votre entreprise à être la rockstar de la reprise. Parce que quand le consommateur sera prêt à dégainer sa carte de crédit, il la sortira pour ceux qui ont gardé le cap pendant la tempête.


Comprendre la psychologie en période de récession Dans les périodes d'effervescence de prospérité nationale, les spécialistes du marketing peuvent oublier que l'augmentation des ventes n'est pas seulement due à une publicité astucieuse et à des produits attrayants. Les achats dépendent du revenu disponible des consommateurs, de leur confiance en l'avenir, de leur confiance envers les entreprises et l'économie, ainsi que de l'adoption de modes de vie et de valeurs encourageant la consommation.

How to Market in a Downturn by John Quelch and Katherine E. Jocz Une version de cet article est parue dans le numéro d'avril 2009 de la Harvard Business Review.


John Quelch est le professeur Charles Edward Wilson d'administration des affaires à la Harvard Business School et occupe également un poste conjoint à la Harvard School of Public Health en tant que professeur. Katherine E. Jocz est une chercheuse associée à la Harvard Business School. Elle est l'auteure, avec d'autres collaborateurs, de l'ouvrage "Greater Good: How Good Marketing Makes for Better Democracy" publié chez Harvard Business Press. en politique de la santé et en gestion.



Alors, couper le budget marketing ? Non, merci. Optons plutôt pour l'optimisation. Priorisez les canaux à fort ROI et redoublez d'efforts pour fidéliser vos clients - c'est comme construire un château de sable, ça prend du temps, mais ça résiste aux vagues.


Penser au marketing pendant la récession, c'est comme faire de l'exercice en hiver. Cela peut sembler difficile, mais c'est ce qui vous rendra plus fort pour les étés à venir. Alors, mettez vos chaussures de marketing, enfilez votre costume d'entrepreneur courageux, et dansez avec la crise comme si c'était votre partenaire de danse le plus excentrique ( voir référence plus haut : danser le tango avec un pingouin ...) . Après tout, c'est de là que naissent les histoires légendaires.


Face à cette situation qui touche chacun d'entre nous, c'est le moment propice pour repenser collectivement notre approche. Considérons le marketing non pas comme une dépense, mais bien comme un investissement essentiel. En maintenant et stimulant nos ventes, nous renforçons notre position pour faire face à l'avenir.


29 vues

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page